Votre navigateur n' est pas pris en charge, passez à un autre pour une expérience optimale.

New in the workplace

Nouveau sur le plan de travail

Backstage

Récemment achevé ses études de master d'ingénierie, Eliah Mallants nous raconte de son expérience en tant qu'ingénieur professionnel tout neuf.

En termes de durabilité, il faut faire plus que des isolations de bâtiments et l'installation de panneaux solaires sur nos toits. En clôturant les cycles en termes d’énergie, d’eau, de matière et de mobilité, nous préparons nos bâtiments pour un meilleur avenir.

Mordu par la durabilité

Depuis toujours, je me suis intéressé dans beaucoup de sujets très différents. Technologie, design, histoire,… ce qui qui m’a fait douter longtemps dans le choix de mes études: architecte ou ingénieur? La formation en ingénieur civil - architecture était l’option qui m’était destiné. Ce que j'ai aimé dans le programme du Master, c'est qu'on nous a donné une grande liberté de choix et que nous avons pu définir nous-mêmes des accents. J'ai pu traiter mon sujet de thèse de manière totalement libre. C’est alors que j'ai décidé de me lancer dans le domaine de "la construction circulaire", une stratégie de développement durable allant au-delà de l'efficacité énergétique. J'étais tellement mordu par le sujet que je voulais m0’approfondir dans cette matière après mes études.

Première expérience professionnelle

Ma première expérience professionnelle était chez Pixii, une plate-forme de maisons passives, où j'ai écrit le premier cours sur la construction circulaire. J'ai travaillé sur la diffusion des connaissances parmi les architectes et les ingénieurs. Mais des travaux sont également en cours pour une transition énergétique plus ambitieuse au niveau politique. Faute d'expérience pratique, j'ai d’abord décidé de me familiariser avec des projets concrets avant de franchir cette étape.

VK Architects & Engineers

Au début de cette année, j'ai débuté en tant qu'ingénieur de projet au service de la conception durable chez VK Architects & Engineers, un bureau d'architecture et d'ingénierie dans lequel je me sens complètement dans mon élément. Avec mon diplôme polyvalent dans la poche, on a la possibilité de se diriger dans n'importe quelle direction, donc je ne devais pas nécessairement commencer dans un bureau d'architecture. Je me retrouve à peu près partout dans le secteur de la construction. Chez VK, il y a une équipe de professionnels qui partage ma passion pour le développement durable. De plus, j'ai l'occasion d’expérimenter mes connaissances sur des projets novateurs de grande envergure, souvent avec des acteurs internationaux.

Rester innovant

Tant pour moi que pour l'ensemble du bureau, nous ne pouvons pas rester les bras croisés. Si vous travaillez à la pointe, vous devez suivre tous les développements. Cela vaut le double pour un thème tel que la durabilité qui est en pleine transition. Je continue donc à apprendre continuellement, ce qui fait que mon travail reste varié et que je m'y amuse. D’une certaine manière, je considère cette chance comme la continuation de mes études, mais alors payé et sans examens!

D'une part, mes tâches consistent à aider les équipes de construction afin d’obtenir le label BREEAM, un certificat reconnu internationalement pour les bâtiments les plus écologiques. D'autre part, on cherche des projets de concurrence pour comprendre quelles ambitions nous allons mettre en avant en termes de durabilité. C’est alors que je suis responsable du thème "construction circulaire". Cela concerne la fermeture des cycles de matières premières. Je compare ici l’impact des matériaux sur l’environnement, leur aptitude à être réutilisés et la manière dont nous les appliquerons à terme à une conception. Dans ce contexte, il est essentiel de travailler de manière intégrée avec toutes les disciplines. Architecture, structure, façade, techniques, ...

Si nous commençons chacun à faire nos propres choses, les projets risquent d’aller à la dérive. VK ne propose pas seulement toutes ces disciplines. En interne, il y a aussi des échanges à heures fixes. Nous partageons ensuite des connaissances sur un thème spécifique ou une expérience pratique acquise au cours d’un de nos projets. De cette manière, vous obtenez finalement un résultat final réussi. Je suis convaincu que grâce à cette approche holistique, VK arrive à laisser sa marque sur l'environnement bâti.

Transfert de connaissances

Une fois que j'aurais acquis une plus grande expérience pratique à mon actif, j'espère pouvoir transmettre ces connaissances aux autres. Je souhaiterais beaucoup me retrouver dans les studios d’architecture du Plateau, afin de transmettre ma passion pour le Design. J'espère que tous les diplômés de notre faculté pourront faire de leur intérêt leur métier et, ce faisant, aider également leurs semblables. Au Japon, cette philosophie s’appelle l’ikigai.

Source : AIG